De 1919 à 2001 la pharmacie du 39 rue Thiers, (avenue R. Coty aujourd’hui), a été l’une des officines les plus réputée au Havre. Pourtant il s’en est fallu de peu pour qu’elle parte en fumée lors des bombardements de 1944.

Tout commence en 1919 quand le magasin de vêtement pour homme « Au phare du Havre », tenu par M. Cornu, vend le fonds de commerce à monsieur Launay fondateur de la pharmacie, mais ce dernier n’y restera qu’une année.

En 1920 Aygalenq et Cie prennent la relève et ce, jusqu’en 1945. Pendant toutes ces années la vitrine restera de couleur sombre.

2La pharmacie dans les années 1920. Collection DAN.

9

Une « réclame » parue dans le journal Havre-Eclair de cette époque. La hausse des prix était déjà une préoccupation dans les commerces.

 

Outre les produits vendus dans toutes bonnes pharmacies, elle proposait divers articles et services ayant un  rapport  indirect avec les médicaments, comme la parfumerie ou les produits hygiéniques avec la poudre infermentescible (sic) pour l’entretien de la peau.
Pendant la guerre la pharmacie échappe de peu à la destruction. Les bombes puis les incendies ravagent le pâté de maison voisin rue de Montivilliers (rue d’Ingouville aujourd’hui). Ces destructions épargnent de justesse la pharmacie située très près.

 

11Le groupe d’immeubles proches de la pharmacie finit de se consumer. Collection privée.

En 1944 les premiers chars de la libération défilent devant la pharmacie, une circonstance qui attirera les photographes afin d’immortaliser l’évènement.

 

7 + 12 ALG

La paix revenue le nouveau propriétaire, Ch. Lefranc, modifie l’aspect de la devanture en lui appliquant une couleur claire, puis, en la revêtant d’un doublage en verre qu’on lui connaitra jusqu’à la disparition du commerce.

 

1
La devanture repeinte en clair. Collection DAN.

1 1Une vue de l'intéieur de la pharmacie. Collection DAN.

6La devanture recouverte de plaques de verre. Collection Nicéphore.

La pharmacie se fait connaitre de différentes manières, par la publicité dans les journaux bien sûr, mais, plus original, en offrant un calendrier astucieux des matchs de football de la saison 1953-54. Une autre forme de « réclame », indirecte celle-ci, est faite par le défilé de la cavalcade (ancêtre du corso-fleury) attirant un grand nombre de personnes devant ses vitrines.

 

10Le calendrier des matchs de football (recto-verso) avec son disque tournant permettant d’afficher les villes où se déroulent les rencontres sportives. Collection DAN.

 

51952, la cavalcade passe devant la pharmacie où la foule s’est amassée. Collection T. Cantel.

Au début des années 2000, la pharmacie cesse son activité, l’immeuble qui l’héberge est démoli pour permettre l’extension du magasin Darty et offrir de nouveaux logements. Aujourd’hui plus rien ne rappelle qu’il y avait là un commerce prospère pendant plus de 80 ans ni même son numéro puisqu’aujourd’hui le numéro 39 n’existe plus.

 

4Début des années 2000, la pharmacie est définitivement fermée, les travaux de démolition peuvent commencer. Photo F.A.H.

8La démolition est terminée, la phase de construction peut commencer. Photo F.A.H.

 

3L’aspect du carrefour aujourd’hui avec le nouvel immeuble. Photo DAN.

 

Plan ALGLe plan de situation, la pharmacie est figurée par le rectangle vert.

*******************************

Merci de votre visite.