Jadis les marins Norvégiens en escale au Havre, pouvaient rester huit à quinze jours à terre avant de reprendre la mer. Leur temps passé à terre était essentiellement consacré aux distractions et la fréquentation des bistrots et autres beuglants dans les quartiers Saint-François et Notre-Dame.
Des bagarres se produisaient entre marins après une soirée un peu trop « arrosée ». Les moins sérieuses se terminaient au « violon » mais les plus graves à l’hôpital pour plusieurs jours de soins et quelquefois… au cimetière.
Ceci contrariait profondément armateurs et capitaines qui devaient leur trouver des remplaçants.

1La rue Faidherbe dans le quartier Saint-François avec ses nombreux cabarets bistrots et autres « beuglants » Collection Dan.

 

Cette situation émeut les familles norvégiennes qui, à la fin du XIXe siècle, décidèrent de créer une institution associant l’église Luthérienne et l’accueil des marins, afin de leur apporter une aide morale et matérielle. Le pasteur Lund dépose une demande d'autorisation de construction d'une église pour cette Mission norvégienne au Havre. L’édifice est construit de 1873 à 1875, il était situé à l'angle de la rue Dubocage-de-Bléville (aujourd’hui Pierre Brossolette) et de la rue Jules Siegfried.

2
La première église norvégienne à l’angle des rues Siegfried Dubocage de Bléville (Pierre Brossolette aujourd’hui). Notez le toit du palais de justice en arrière-plan. Collection Dan.

3
Le même point de vue de nos jours. Photo Dan.

L'église sera détruite sous les bombardements alliés en septembre 1944.
De 1950 à 1957, les marins seront accueillis dans un baraquement Cours de la République.

En 1955 est posée la première pierre de la future église norvégienne comportant un foyer d’accueil. Conçue par l’architecte Rouennais M. Zachariasen, elle est édifiée dans le quartier Saint-François proche du port.
Inaugurée en 1957, elle comportait une grande salle au rez-de chaussée pour le culte et le foyer, et au niveau supérieur avait été prévu une salle de réunion et deux appartements.

4L’église et foyer pour les marins norvégiens à l’angle du Quai Casimir Delavigne et rue de Bretagne. Collection R. Quidel.

Cette communauté cessera ses activités en 1990 du fait d’une fréquentation en constante diminution, occasionnant la vente du bâtiment.
Il est racheté par une société de remise en forme qui le réaménage en salle de sport, et les murs extérieurs revêtu de panneaux noir et bleu.

5 La salle de remise en forme en décembre 2016. La partie noire est un recouvrement de l’ancien bâtiment qui n’a pas été démoli. Photo Dan.

 

6Détail du revêtement fixé sur le bâtiment ancien. Photo Dan.

En 2009 un incendie faillit détruire complètement l’avancée construite en matière synthétique.

7Les traces de l’incendie en 2009. Photo Dan.

Cette salle est aujourd’hui fermée. L’immeuble fera l’objet de plusieurs projets immobiliers, mais jusqu’à ce jour aucun n’a abouti.

8L’intérieur de l’édifice aujourd’hui. Photo Dan.

Cet article reprend une partie de celui publié sur l’ancien site Havrais-dire, mais complété avec les travaux de Max Bengtsson, et la photo de Richard Quidel. Grand merci à eux deux.

*-*

 

Notre lecteur Jean-Michel L nous a fait parvenir des photos de sa collection montrant l’intérieur de cette église et du foyer, nous vous les proposons ci-dessous. Merci Jean-Michel !

mission scand 03 ALG

mission scand 07 ALG

mission scand 04 ALG

mission scand 05 ALG

mission scand 06 ALG

mission scand 08 ALG

mission scand 09-1 ALG

 

Plan de situationPlan de situation. La flèche verte indique la première église détruite en 1944. La flèche bleue, l’église de 1957 puis la salle de remise en forme désaffectée aujourd’hui.  

*-*-*
Merci de votre visite.