S’il est une rue qui reflète parfaitement l’urbanisation anarchique de la ville qui a prévalu au cours du XIXe siècle, c’est bien la rue Charles Laffitte. Cette chaussée est ouverte en 1845 par la compagnie des chemins de fer afin de faciliter les travaux de construction de la voie Le Havre-Paris. Le directeur de cette compagnie n’était autre que Charles Laffitte lui-même.
La zone comprise entre la gare et ses dépendances, et le quai au charbon et ses poussières noires, était aménagée d’une façon effarante entremêlant habitations, hôtels, entrepôts et usine.

1La rue Charles Laffitte (tracé bleu), et l’usine de production d’électricité S.H.E.E. (en vert) et la gare S.N.C.F. (en rouge) en 1939.  © IGN.

2 
La rue Charles Laffitte en 1930 lors de la construction de la gare de chemin de fer actuelle conçue par Henri Pacon. AMH 42Fi0041.

 

3Le périmètre de la gare S.N.C.F. avec en arrière-plan les cheminées de l’usine de production d’électricité S.H.E.E.. Collection Dan.

 

4Vue d’avion la gare S.N.C.F., avec en arrière-plan le périmètre de la rue C. Laffitte, où toutes sortes de constructions sont entremêlées. Collection Dan.

Cette rue a subi des dégâts au cours de la seconde guerre mondiale, notamment l’usine d’électricité endommageant une partie de ses installations. Construite en 1895, la Société Havraise d’Energie Electrique, fournissait et distribuait l’énergie électrique pour Le Havre et les communes voisines. Fonctionnant au charbon, ses fumées noires suscitaient des commentaires railleurs de la part des riverains les jours sans vent. Elle fermera en 1966 du fait de sa faible rentabilité et sera complètement détruite en 1990 pour l’élargissement du quai Colbert.

5La gare, et la rue Charles Laffitte dans les années 1950; Au fond les cheminées de la S.H.E.E. Collection Dan.

6
Un épisode dramatique de l’usine SHEE, les bombardements au cours de la guerre, ici vue de la rue Charles Laffitte. AMH 6Fi0037.

 

7 Le même endroit aujourd’hui. Photo Dan.

 

20La situation de la rue Charles Laffitte dans le Havre.

 

*-*-*

Suite la semaine prochaine. Merci de votre visite.