02 octobre 2016

Du côté de la rue Wilson et d'étretat.

L’intersection des rues Wilson, Foubert et de l’Alma, représente la limite des zones dévastées pour ce secteur du Havre. D’un côté celui de la rue d’Etretat, seuls quelques immeubles furent touchés, de l’autre, dans la rue du Président Wilson, tout a été détruit. La rue d’Etretat au début du XXe siècle, le 106 de la rue Foubert est le bar à droite de la photo. Collection Dan. Dans ce quartier où le passé côtoie le contemporain, une nouvelle construction s’est greffée sur un bâtiment ancien au 106 de la rue Foubert, à la jonction... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 00:02 - Commentaires [59] - Permalien [#]

25 septembre 2016

Jamais deux sans trois

Les commerces disparaissent pour différentes raisons. Voici trois boutiques avec chacune une histoire distincte.Le premier a été détruit lors des bombardements. Le commerce d’aujourd’hui, un opérateur téléphonique, n’a rien à voir avec celui de la carte postale ancienne qui représente un établissement funéraire.Le remembrement d’après-guerre a eu pour conséquence le changement de numéro pour la même emplacement, l’adresse ancienne était le 2 place de l’Hôtel de Ville, alors que celle d’aujourd’hui est le 70 de cette même place. ... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 00:02 - Commentaires [44] - Permalien [#]
18 septembre 2016

Derrière les villas.

La carte postale ancienne avec la vue sur l'entrée du port. Au premier plan, devant les jardins, la rue des Brindes, au fond la villa Maritime avec ses deux tours. A noter, la position de la digue sud qui sera davantage déplacé vers la mer en 1930. Nous voyons sa nouvelle position sur la photo des années 1950. Collection Dan. Un lecteur (Thierry) nous signale dans un commentaire qu’il ne s’agit pas de la ville de Sainte-Adresse, mais du Havre lui-même sur la carte postale, c’est exact, et il arrive assez souvent que les éditeurs et... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 00:02 - Commentaires [41] - Permalien [#]
11 septembre 2016

L'hôtel des sociétés.

L'hôtel des Sociétés au 11 rue de Mexico,  Lord Kitchener aujourd'hui. Collection P. Alinand     Au XIXe siècle, Le Havre devient l’une des plus grandes villes françaises. Sa population s’accroit attirée par le travail proposé par la cité océane. Cette multitude venue de toute part, favorise la création de diverses associations laïques et religieuses. La première de celle-ci est créée en 1870 avec les Lorrains fuyant la guerre contre les prussiens cette même année.Ils sont suivis par les Bretons et les... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 00:02 - Commentaires [48] - Permalien [#]
19 août 2016

une fois n'est pas coutume

Exceptionnellement je propose à nos lointains lecteurs, qui peut-être ne peuvent pas regarder cette édition régionale de la chaine télé, un reportage réalisé Par Karima et Anne Laure de France 3 Baie de Seine, merci à toutes deux. Dan.   Un blog pour raconter Le Havre d'autrefois - France 3 Haute-NormandieFRANCE 3 HAUTE-NORMANDIE Un retraité arpente les rues de sa ville pour raconter l'histoire des quartiers havrais en juxtaposant images d'hier et d'aujourd'hui VIDEO : le reportage France 3 Le Havre-Baie de Seine de Karima... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 23:19 - Commentaires [34] - Permalien [#]
26 juin 2016

Commerces de proximité

Les commerces de proximité font partie de la vie quotidienne, mais hélas beaucoup d’entre-eux n'ont pu résister à la concurrence des grandes surfaces, ou plus simplement n'ont pas été repris après le départ de leur propriétaire.Bien entendu les destructions de1944 ne sont pas étrangères à cette disparition. C’est ainsi que le pâté de maisons du quai de la Seine, avec ses boutiques, a complètement disparu sous les bombes et n'a jamais été reconstruit.Beaucoup de commerces ont été transformés en logements, en conséquence les... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 00:02 - Commentaires [68] - Permalien [#]

19 juin 2016

La libération 2/2

Le besoin de renforts se faisant sentir à Arhnem en Hollande, les unités alliées quittent le Havre peu après le 12 septembre. Un "Churchill" passant devant les ruines de l’église Saint-Michel. Collection V. Senault. Dans le Havre libéré, les résistants appréhendent et regroupent les prisonniers dans le camp provisoire du quartier Saint François. Les Havrais peuvent enfin souffler après quatre années d’occupation et de bombardements. Le camp de prisonniers Allemands dans Saint-François, et sur le nouveau terre-plein du... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 02:00 - Commentaires [40] - Permalien [#]
12 juin 2016

La libération 1/2

Les forces alliées pénètrent dans le Havre dans la nuit du 10 au 11 septembre 1944.Une nouvelle vague de bombardements commence ce même jour dès 7h 30, et les fusées de balisage font craindre le pire aux Havrais déjà fortement éprouvés par le déluge de feu des jours précédents. Ayant progressé dans la ville plus vite que prévu, les troupes au sol sont contraintes d’indiquer leur présence aux bombardiers à l’aide de fusées afin de ne pas être elles-mêmes victimes des pilonnages. Une des dernières bombes tombera sur le cinéma «... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 00:02 - Commentaires [58] - Permalien [#]
05 juin 2016

Les docks entrepôts 2/2

La mise en service des nouveaux entrepôts et du bassin des Docks, provoqua de facto une augmentation de la circulation autour de ces nouveaux lieux de travail. Les déplacements de toute cette population, vélos, charrettes, chevaux compris, passaient obligatoirement par les ponts, voies étroites s’il en fut, et provoquaient parfois des encombrements. Le quai Frissard et le pont de l’Eure au début du XXe siècle, en arrière-plan le pavillon des Docks.. Collection dan.   Le quai Frissard et le pont de l'Eure aujourd’hui.... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 00:02 - Commentaires [40] - Permalien [#]
29 mai 2016

Les docks entrepôts 1/2

Depuis sa création le port du Havre n’a cessé de s’agrandir. Jadis les marchandises importées étaient stockées sur les quais sous des bâches, faute de hangars pour les entreposer.La ville voulait protéger ces marchandises lui garantissant des revenus fiscaux.Elle demanda au premier consul, lors de sa visite en 1802, l’autorisation de transformer le couvent des Capucins désaffecté en entrepôt, ce qu’elle obtint aussitôt.La manufacture des tabacs ayant besoin de la superficie pour s’agrandir, le hangar est déplacé l’année suivante à... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 00:02 - Commentaires [46] - Permalien [#]