04 octobre 2015

Les commerces provisoires 2/2

Au Havre, les commerçants sinistrés se sont installés non loin des zones dévastées. Ils occupent des espaces où la reconstruction n'a pas encore commencé, ou sur les places publiques propices à leur implantation. Les distributeurs proposant des produits complémentaires, comme l’ameublement et l’aménagement de la maison, se regroupent  afin d’attirer la clientèle à la recherche de commodités et confort pour leur logement. C’est ainsi qu’apparait la cité du meuble, entre les rues Madame Lafayette et Albert André Huet. D’autres... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 00:02 - Commentaires [38] - Permalien [#]

27 septembre 2015

Les commerces provisoires 1/2

Après les bombardements, et le travail de déblaiement achevé, il était nécessaire de bâtir de toute urgence des logements provisoires pour les havrais sinistrés avant de passer à la construction définitive. Les magasins et bâtiments commerciaux dévastés ont suivi la même logique. Ces commerces transitoires, construits en bois ou en briques récupérées dans les ruines du Havre, s’installent sur les trottoirs ou se regroupent en cités commerciales. Celle de la rue Thiers (René Coty aujourd'hui) est édifiée dès 1946. Elle disparaitra en... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 00:02 - Commentaires [30] - Permalien [#]
20 septembre 2015

Les "monteux d'sable" et ramasseurs de galets

Ramasseurs de galets ou monteurs de sable étaient des métiers pratiqués par les riverains du quartier Saint-Vincent. Ils fournissaient du travail à plusieurs familles jusque dans les années 1930. Pourquoi étaient-ils appelés « monteurs de sable » ? Tout simplement du fait qu’ils passaient le sable au crible et que celui-ci s’amoncelait en tas comme illustré par la photo ancienne.  Ces matières premières étaient principalement destinées au bâtiment et travaux publics et exploitées par l'entreprise Maridor avec... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 00:02 - Commentaires [40] - Permalien [#]
13 septembre 2015

La rue D'Edreville

Cette artère est l’une des plus anciennes du Havre. Située dans le quartier Saint François, elle est déjà mentionnée en 1667, mais l’origine de son nom reste inconnue. Ce que l’on peut observer, c’est qu’un hameau d’Octeville-sur-Mer porte ce patronyme. En 1793 elle devient la rue Solon, mais reprend son nom de rue d’Edreville en 1795 pour ne plus le quitter. Avant la deuxième guerre mondiale cette voie traversait tout le quartier Saint François d’Est en Ouest. A la reconstruction elle est coupée au niveau de la rue Jean de La... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 00:02 - Commentaires [50] - Permalien [#]
06 septembre 2015

Eglise St Paul, aplemont.

La plupart des grands bâtiments du Havre, (Théâtre - Hôtel de Ville - Musée-Bibliothèque – Arsenal  etc,) furent détruits pendant la guerre. Ces édifices étaient bâtis en pierres, mais ces dernières n’ont pu être réutilisées, du fait des incendies qu’elles subirent. Il y a toutefois deux bâtiments sur lesquels on a pu en récupérer quelques-unes, il s’agit du palais de la Bourse situé place Jules Ferry, et, dans une moindre mesure, l’Hôtel de ville. Les Domaines prélevèrent les pierres intactes, et les stockèrent dans la carrière... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 00:02 - Commentaires [55] - Permalien [#]
28 juin 2015

L'hôtel Hamon.

L'hôtel Hamon. Parmi les nombreux hôtels détruits au cours de la guerre, il y a l'hôtel Hamon au 16 place Gambetta (aujourd'hui Charles de Gaulle). De nos jours à la même adresse se trouve un immeuble conçu par l'équipe d'Auguste Perret. Le monument aux morts permet d'imaginer ce qu'était cet endroit avant 1944. Les photos anciennes représentent l'hôtel à plusieurs époques. La mode vestimentaire, les automobiles, ou les uniformes des militaires permettent de situer ces périodes qui vont de 1900 à 1935 cette dernière année étant... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 00:02 - Commentaires [76] - Permalien [#]

21 juin 2015

Quai C. Delavigne - rue du Petit Croissant.

La presque totalité de l’habitat du quartier Saint-François a disparu au cours de la guerre. Cependant certains immeubles, les plus solides, (ou les plus chanceux), ont résisté aux dévastations. C’est le cas pour celui situé au 27 du quai Casimir Delavigne et faisant angle avec la rue du Petit Croissant. Nous le voyons, à gauche, en 1929 sur la photo ancienne. Dans ce bâtiment se trouvait le foyer de la Compagnie Générale Transatlantique, avec le cercle des jeunes gens de cette entreprise. Aujourd’hui tous ses locaux du... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 12:08 - Commentaires [58] - Permalien [#]
14 juin 2015

La tour Robinson.

Construite au cours du XIXe siècle par un «original» (les archives ayant disparu on ne connait pas la date exacte) elle sera démolie en novembre1957 pour y bâtir un ensemble de 6 pavillons. C’était une propriété enclose au 332 de la rue de l’Abbaye (aujourd’hui Pablo Neruda). Outre la tour de 3 étages, la propriété comportait aussi un pavillon construit en briques. De 1901 à 1913 elle servira de restaurant champêtre à l’enseigne du «Grand Robinson» tenu par un certain Ph Carré. Cette tour n’eut jamais de commodités : eau... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 00:02 - Commentaires [44] - Permalien [#]
07 juin 2015

Le Tunnel Sainte-Marie

L'entrée du tunnel Sainte-Marie aujourd'hui, à la jonction de la rue Pasteur et impasse Berlioz. Photo DAN. Durant la guerre, avec les bombardements répétitifs des anglais, les havrais avaient des difficultés à trouver un abri approprié pour se protéger des bombes. Les caves servaient le plus souvent de refuge mais n’offraient pas toute la sécurité souhaitée. Aussi le soir venu la plupart des habitants montaient chez des amis ou en famille en ville haute moins touchée, ou dans les communes proches du Havre. Les bombardements... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 00:02 - Commentaires [64] - Permalien [#]
31 mai 2015

La cantine place Gambetta

La reconstruction du Havre a nécessité une nombreuse main-d'œuvre. La ville fut, de 1945 à 1964, un vaste chantier coupé de ce qui fait la vie d'une cité, à savoir les commerces les restaurants etc. Dans cette ville en devenir il était difficile de s'abriter, soit pour  manger ou simplement se réunir. Les cabanes de chantier n'étaient pas assez grandes et confortables pour ces usages. Pour pallier cet inconvénient on a construit deux cantines, l’une à Saint François, l’autre sur un terrain libre et centralisé, la place Gambetta.... [Lire la suite]
Posté par havrais-dire à 00:02 - Commentaires [46] - Permalien [#]