Conçu par l’architecte Le Boeuffle, et construit en 1923, l’immeuble du Parc d’Or, au 11 de la rue Alfred Nobel, failli disparaitre suite aux deux incendies qui le touchèrent les 13 et 14 mai 1976.

1965 (2) ALGL’imposante masse de l’immeuble du « Parc d’Or », ici vu du côté de la rue de la cavée Verte en 1965. Photo Dan.

 

1965 (1) ALGLe même point de vue mais regardé de plus loin. Photo Dan.

Un premier sinistre déclaré le jeudi 13 mai, fut enrayé avec succès par les pompiers de la caserne Dumé d’Aplemont. En quittant les lieux, ils s’assurèrent, comme il est d’usage, qu’il n’y ait aucun risque de reprise des flammes.

 

P Alinand ALGL’incendie du 14 mai. Collection Pascal Alinand.

 Mais ils furent rappelés le lendemain, le feu ayant repris dans les combles et à quatre endroits différents. En six minutes l’incendie prit une telle importance que les enquêteurs pensèrent d’emblée à un acte criminel.
Par précaution on évacua les locataires. Mais seize familles, durent être relogées par la municipalité leur appartement étant devenus inhabitable.

 

Alinand ALGL’incendie du 14 mai. Collection Pascal Alinand.

Aujourd’hui l’immeuble restauré ne présente plus son aspect original. Le toit en pente tuilée a fait place à un toit terrasse. Les façades ont été repeintes et en partie revêtues de plaques de parement
Ces restaurations donnent à l’ensemble une apparence plus agréable. Auparavant les façades étaient simplement enduites d’un ciment peint sans attrait particulier.

 

Cavée Verte parc d'or 6-2014 (2) ALGLe « Parc d’Or" de nos jours, ici vue de la rue de la cavée verte. Photo Dan.

*-*-*

Merci de votre visite. Havrais-Dire va prendre quelques jours de congés, nous vous retrouverons le 7 janvier 2018.
Néanmoins je serai toujours devant l’écran pour répondre aux commentaires.
Avec tous ceux qui, de près ou de loin, contribuent à ce blog, nous vous souhaitons d’excellentes fêtes de fin d’année.