Jusqu’au milieu des années 1880, une nombreuse main-d’œuvre, sans moyen mécanique, munie seulement de paniers, pelles et sacs, chargeait et déchargeait le charbon des navires. Ce pénible travail, s'effectuait au Havre, Quai Colbert, appelé communément quai au charbon.

 

1Une peinture de Gaston Prunier (1863-1927) intitulée « menace de grève 1903. On remarque à gauche du tableau les fusils en faisceau, et la présence de militaires surveillant le déchargement du navire. Copyright Neurdein/Roger-Violet .

2Le déchargement du charbon au Havre par des marins anglais. Collection Dan.

 

3L' avitaillement en charbon des paquebots transatlantiques. Collection Dan.

La fin du XIXe siècle voit l’émergence de la mécanisation de ce travail, elle aura pour conséquence la diminution significative du nombre de dockers.

 

4Un Tancarville, (appellation donnée, en souvenir de la première utilisation de cette machine à l’écluse du canal du même nom) Cet engin pouvait remplacer énormément de dockers, provoquant ainsi la colère des charbonniers.
Photo tous droits réservés.

 

5Un autre moyen mécanique de transvasement du charbon à l’aide de bascule.
Collection Dan.

*-*
Le quai Colbert ou quai au Charbon, est situé sur le côté nord du bassin Vauban inauguré en 1840.
 

6Une gravure du bassin Vauban lors de son inauguration en 1840 avec le navire à voiles « L’Hercule ».
Collection Dan.

7Le bassin Vauban et le quai Colbert aujourd’hui. Photo Dan.

Devant la menace du chômage que représentait ces machines, le syndicat des charbonniers est créé en juillet 1910 avec pour secrétaire Jules Durand. Les réunions de cette corporation se tenaient dans la maison du peuple, cours de la république. Voulant améliorer les conditions de travail de ses compagnons de travail, Jules Durand déclenchera, en août 1910, une grève sans précédent, ce qui, hélas, fera son malheur. Ce que nous verrons la semaine prochaine.

*-*

Le bassin Vauban figuré dans le cercle

plan bassin Vauban ALG

*-*-*-*

Merci de votre visite.