Cette artère très ancienne se nommait autrefois rue du « Bourg Gibet ». Attesté en 1793 c’est ici que l’on suppliciait les condamnés relevant de la justice du seigneur de Graville, ce qui lui valut ce toponyme.

1Fi0002 ALGLa rue du Bourg Gibet au début du 19ème siècle (1842). La future Banque de France est cerclée en bleu ce n’est encore ici que le pavillon « Chaussé » © AMH 1Fi0002.

En 1864 elle est appelée rue de Mexico en souvenir de l’expédition militaire Française au Mexique, guerre engagée conjointement avec les troupes de Grande Bretagne. Ce qui pourrait expliquer le défilé de soldats anglais dans cette rue au début du XXème siècle.
Ironie de l’histoire, cette artère est rebaptisée Lord Kitchener en 1916 en hommage au ministre de la guerre britannique dont les troupes vinrent en aide aux armées françaises pendant la première guerre mondiale.

La rue Lord Kitchener en 1900 environ avec la parade des soldats anglais, et aujourd’hui . Collection et photo Dan.

Au début du XXème siècle, on pouvait faire son marché dans l’épicerie débit tenu par E. Lachèvre. Son commerce situé au croisement des rues Gallieni et Kitchener est aujourd’hui une crêperie salon de thé, à l’enseigne "chez Marion".

Les deux commerces à la même adresse. Une plaque (cerclée en rouge) rappelle qu'Othon Friesz, peintre Havrais, a vécu ici. Collection et photo Dan.

Pendant la deuxième guerre mondiale les allemands font construire un abri blockhaus dans la partie Est de la rue. Le démolir aurait été difficile dans cet espace restreint. En conséquence il est utilisé aujourd’hui comme « cave-débarras » pour l’habitation construite au-dessus.

Le blockhaus peu avant sa transformation et dans son état actuel. Photo FAH et Dan.

intérieur ALGUne vue de l’intérieur du blockhaus avant le début des travaux. Photo Dan.

La partie ouest de la rue a constitué la lisière des bombardements intensifs de 1944, c'est pourquoi sa partie Est sera quelque peu épargnée.

La partie Ouest de la rue Lord Kitchener. Au fond les ruines de l’Hôtel de Ville. Et le même point de vue aujourd’hui. Collection et photo Dan.

Avec la reconstruction, le tronçon débouchant sur la place de l’Hôtel de Ville disparait. Sur le terrain ainsi libéré on construit la bibliothèque municipale Armand Salacrou.

 Les deux points rouges délimitent la rue Lord Kitchener. Le point bleu la bibliothèque Salacrou. En 1949 c’est encore le prolongement de la rue Kitchener. Cette bibliothèque, inaugurée en 1967, a été conçue par les architectes Jacques Lamy et Jacques Tournant. © IGN & Google Earth.  

Parmi les habitations rescapées, figurait celle qui fut reconvertie en bureaux pour la Caisse Primaire d’Assurance Maladie. Aujourd’hui disparue rien n’a été reconstruit sur son emplacement transformé en parking.

La propriété ayant abrité la CPAM et l’endroit laissé libre pour un parking. Photo et collection Dan.

Au carrefour des rues Kitchener et Gallieni on pouvait voir l’église adventiste qui depuis s'est s'installée dans un immeuble au bout de la rue Kitchener. Revoir ici :

Le carrefour des rues Kitchener et Gallieni vers le nord. Notez au fond sur les deux photos la construction du centre commercial Coty qui, rappelons-le, fut ouvert au public en 1999. Photo et collection Dan.

A elle seule la rue Lord Kitchener résume assez bien les péripéties de l'histoire, et les changements que le Havre a connu  au cours du XXème siècle.

Sources :
Charles Vesque : Histoire des rues du Havre.
Dictionnaire des rues du Havre. Edition des Falaises.
Laurent Durel ancien archiviste aux AMH.
Crédits photos :
F.A.H.
Achives Municipales du Havre.
Google Earth.
I.G.N.

 


Quant à Goé, se peut-il que la perfide Albion trahisse l'un des siens ?

GOE_HAVRAIS-DIRE_072A_RUE_LORD_KITCHENER*-*-*
Merci de votre visite.